Les meilleurs films d’horreur vintage à voir (si vous êtes courageuse)

Avec Halloween qui approche à grands pas, place à se faire peur. Moi, je préfère rester à la maison avec un film d’horreur (me cachant sous un plaid douillet), que de participer à une ballade frissonnante. Avoir l’impression que quelqu’un me poursuit avec une tronçonneuse ne me dit pas trop 😉 Raison de plus de vous proposer cette liste des meilleurs films d’horreur vintage pour les véritables aficionadas de l’horreur. Osez-vous les regarder ?

P.-S. Ne regardez surtout pas ces films toute seule, mais blottissez-vous contre votre grand amour ou votre meilleure amie. Prudence est mère de sûreté ! 😉

Psychose (1960)
Marion Crane, une femme en situation financière précaire, est demandée par son patron de déposer une large somme à la banque. Mais sur un coup de tête, la jeune femme décide d’empocher le pactole et prend aussitôt la route. Surprise par une pluie diluvienne qui l’empêche de distinguer la route, elle décide de faire étape dans le premier motel qu’elle croise : le Bates Motel où elle fait connaissance avec le gérant, Norman Bates, un jeune homme charmant et amical. Mais le Bates Motel est loin d’avoir livré tous ses secrets…

View this post on Instagram

Filming ‘Psycho’, Alfred Hitchcock, 1960

A post shared by Historic Pictures (@historic_imagery) on

Shining (1980)
Écrivain, Jack Torrance est engagé comme gardien, pendant tout l’hiver, d’un grand hôtel isolé du Colorado, l’Overlook, où il espère surmonter enfin sa panne d’inspiration et retrouver la calme avec sa femme Wendy et son fils Danny. Par contre, il a fait la sourde oreille aux rumeurs qui disent l’hôtel hanté…

Frankenstein Junior (1974)
Le petit-fils de l’illustre baron de Frankenstein, Frederick, chirurgien réputé, arrive en Transylvanie, où l’appelle son héritage. Il est accueilli par un étrange domestique, Igor, une ravissante assistante, Inga, et l’inquiétante madame Blücher. Frederick découvre la bibliothèque secrète de son grand-père, s’imprègne de ses recherches et décide de reprendre ses travaux là où son aïeul les avait laissés.

La Monstrueuse Parade (1932)
L’histoire se déroule dans les années 1930, dans le cirque Tetrallini en tournée à travers l’Europe. Le lilliputien Hans est fasciné par la beauté de l’acrobate Cléopâtre. Apprenant que son soupirant a hérité d’une belle somme, celle-ci décide de l’épouser pour l’empoisonner ensuite avec la complicité de son amant Hercule. Mais le complot est découvert, et les amis de Hans vont se venger…

Halloween, La Nuit des Masques (1978)
Préparez-vous : Halloween, La Nuit des Masques a été appelé le film le plus effrayant de tous les temps ! Le soir d’Halloween, Michael Myers, âgé de six ans, assassine sa sœur à coups de couteau de cuisine. Il est interné jusqu’à sa majorité, mais à l’âge de vingt-et-un ans, il doit être jugé pour son crime. Son psychiatre, le docteur Samuel Loomis, tente désespérément de faire entendre à ses chefs à quel point Myers est dangereux, mais en vain. Alors qu’il est transféré pour son procès, Myers réussit à s’échapper, et prend la route de sa ville natale. Durant la nuit d’Halloween, se produit alors une succession de meurtres.

Frankenstein (1931)
Frankenstein est le film le plus vieux qui j’ai mis sur ma liste, mais il ne faut pas le sous-estimer ! Ce classique raconte l’histoire de Henry Frankenstein, un jeune savant, qui veut créer artificiellement la vie. Il façonne un corps humain à partir de morceaux de cadavres. Mais au lieu de lui procurer un cerveau sain, son assistant, Fritz, lui fournit un cerveau anormal. En effet, le monstre à qui les savants ont greffé le cerveau d’un assassin, va échapper à leur contrôle et commettre plusieurs meurtres. Flippant !

Les Oiseaux (1963)
Melanie Daniels, une belle et riche jeune femme de San Francisco, rencontre l’avocat Mitch Brenner chez un marchand d’oiseaux. Brenner fait semblant de la prendre pour une employée et lui demande un couple d’oiseaux, des « inséparables » qu’il veut offrir à sa jeune sœur, Cathy. Le lendemain matin, Melanie se rend à l’appartement de Mitch avec un couple d’inséparables. Elle apprend qu’il est parti pour le week-end à Bodega Bay. Elle décide d’aller là-bas en voiture, avec les oiseaux. Sur la route, elle est attaquée par une mouette. Très vite, dans la région, des oiseaux de toutes espèces deviennent inexplicablement agressifs. Une escapade à la plage ne sera plus jamais la même après avoir vu ce film…

Massacre à la tronçonneuse (1974)
Cinq amis se rendent au Texas afin de voir si la tombe du grand-père de l’une des filles, Sally, accompagnée de son frère handicapé Franklin, n’a pas été profanée. Ils croisent en chemin la route d’un auto-stoppeur et décident de le prendre à bord, mais sont pris de panique lorsqu’il les menace avec son couteau. Ils arrivent finalement à le faire sortir, mais sont pris de court par une panne d’essence qui les oblige à s’arrêter dans une station-service pour le moins inhospitalière. Puis, le groupe décide d’aller visiter une vieille maison abandonnée…

La Fiancée de Frankenstein (1935)
Réfugiée dans les souterrains du moulin, la créature de Frankenstein n’a pas succombé lors de l’incendie du laboratoire par les villageois révoltés. Capturé par des paysans, le Monstre parvient à s’enfuir, en semant la terreur autour de lui.

Pendant ce temps, Frankenstein reçoit la visite de l’étrange docteur Pretorius qui lui propose de créer une femme, et donner une compagne au Monstre. Il refuse, mais Pretorius n’abandonne pas si facilement.

View this post on Instagram

Bride of Frankenstein (1935) by James Whale . “Film historians have long studied the films of James Whale for their homosexual subtext. Whale was one of the few openly-gay directors in a time where such admittance was socially and occupationally risky. While some critics have theorized Whale’s films reveal gay subtext simply because biographers try to find it, there are themes within his pictures that allow for his films, particularly Bride of Frankenstein, to be interpreted and dubbed a gay parable created under the new and powerful force of the Hays code moderating Hollywood film content. . For Gary Morris, the creation of the bride becomes the crucial scene in his homosexual reading of James Whale’s Bride of Frankenstein, while for Elizabeth Young, this scene also conveys a phallic imagery, “from the long shaft that elevates the bride to the roof . . . to the men’s excited shouts of 'It’s coming up' as she is raised. This portentous presentation of the film’s climax glorifies Frankenstein’s and Pretorius’ work. They can be seen as a homosexual couple about to 'give birth' to a woman, both defying God’s role as creator of life and replacing the heterosexual way of birthing children, thus challenging religion and society. By presenting their standard sex role-defying, God-replacing creation as such an elaborate, complex scene, James Whale compares himself to Frankenstein and Pretorius. He not only glorifies their work, but also presents his own abilities as an artist, orchestrating his homosexual creativity, which lies in his film-making . Whale’s decision to cast two known bisexual actors in the roles only further the reading of subtext.” Jeff Saporito . . . . . #queerhorror #gayhorror #gayhorrorfilm #queerhorrorfilm #horror #queermovie #queer #horror #horrorgenre #horrorgeek #gayrepresentation #queerrepresentationmatters #queerrepresentationinthemedia #brideofthefrankenstein #brideoffrankenstein1935 #jameswhale #elsalanchester #colinclive #ernestthesiger

A post shared by Queer Apocalypse (@queer.apocalypse) on

Quel est, selon vous, le film d’horreur vintage le plus flippant / sanglant / troublant / terrifiant de tous les temps ? Dites-le nous ci-dessous en commentaires !

Frissonnez en beauté
Frissonnez en toute beauté avec ces chouchous d’inspiration Halloween façon vintage !

Anne

Amoureuse du vintage, j’écris sur tout ce qui tourne autour de la mode (de vie) rétro, sans oublier une pointe d’humour : pourquoi prendre la vie au sérieux ? Croquer la vie à pleines dents, telle est ma devise !

Commentaires

Réagir

Laisser un commentaire